Copyright - THIEBLIN-Michel

Copyright - CNDB-KEROSENE

Copyright - Jean-Christophe-Dupuy

Copyright - Jean-Christophe-Dupuy

Copyright - CNDB-ELLIPSE

12345
RizVN Login



Actualités

IMAGE Le Douglas, l'essence de ...
08 Juil 2016
France Douglas publie un document de 16... Lire la suite...
Douglas Infos N°21
21 Mai 2014
Principalement axé sur la réalisation... Lire la suite...
IMAGE Les Déclarations Environ...
01 Avr 2014
Les produits de constructions sont à... Lire la suite...

spacer10px

Nos parutions...

France Douglas tient à la disposition de ses adhérents un certain nombre de documents promotionnels et d'informations.

Vous trouverez ci-après nos dernières parutions.

Syviculture

Forêt de Douglas (71)Les stations préconisées


Le douglas est une essence très plastique, qui peut être utilisée sur de nombreuses stations forestières, à l'exception des sols trop compacts, hydromorphes, ou comportant du calcaire actif.
Il est particulièrement bien adapté aux régions vallonnées, de basse et moyenne montagne mais on peut aussi le rencontrer au niveau de la mer comme à plus de 1100 mètres d'altitude, dans des sites où la pluviosité annuelle est comprise entre 700 et 1200 mm par an et la température moyenne annuelle de 8 à 11°C.


Essence de pleine lumière, son installation ne pose pas de problèmes particuliers.

Toutefois, dans des situations ventées, il est conseillé, au moins pendant les premières années, de lui fournir une protection latérale.


Le douglas tolère les froids hivernaux, supporte bien la sécheresse estivale mais, au cours des premières années, peut être sensible aux sécheresses de printemps.


Plantation de Douglas de trois ansRecherche au niveau de la provenance


Principale essence de reboisement utilisée aujourd'hui en France, le douglas a fait l'objet d'efforts constants de la part des organismes de recherche (INRA, CEMAGREF, FCBA) pour améliorer les qualités du matériel de reproduction mis à la disposition des forestiers. 
Cet effort est matérialisé, notamment, par la mise en place de 95 hectares de verger à graines constitués à partir d'arbres de provenance française et américaine. Le choix des provenances a été réalisé de manière à améliorer, en particulier, les caractéristiques suivantes : l'adaptabilité, la croissance, la rectitude et la branchaison (grosseur, angle, nombre).

Ces vergers sont, désormais, en phase de production et viennent compléter l'offre des grainetiers spécialisés. Les programmes de recherche, se poursuivent et ont déjà pour objectif de travailler sur la mise en place de vergers à graines de seconde génération qui permettront de nouveaux gains qualitatifs en particulier par rapport aux caractéristiques intrinsèques du matériau.

 

Conduite des peuplements


 

Première éclaircieLe douglas est une essence très sensible à la concurrence.

La conduite des peuplements requiert, de ce fait, des éclaircies régulières. La conduite de ces éclaircies sera définie avant tout par les choix du gestionnaire en matière de densité de plantation et de densité de coupe finale.


Plusieurs sylvicultures sont bien entendu possibles pour valoriser les remarquables capacités de croissance du douglas. Parmi les modèles possibles, celui indiqué ci-après, offre l'intérêt de pouvoir s'appliquer à de nombreux cas de figure. Il est, ainsi, généralement admis d'installer de l'ordre de 1.200 à 1.400 tiges par ha et de

procéder à une coupe de première éclaircie lorsque le peuplement atteindra 14 à 15 m de hauteur. Elle se traduira par l'enlèvement de 40% des tiges.

 

Forêt de Pionsat (71) La deuxième éclaircie, toujours sélective s'effectuera alors lorsque les arbres atteindront de l'ordre de 20 mètres de hauteur et portera sur 30/40 % des tiges. Au-delà, en fonction de l'objectif du gestionnaire, de nouvelles éclaircies pourront être nécessaires. Celles-ci porteront sur une proportion de tiges plus faible et amèneront la densité finale à 300, 225 ou 180 tiges/ha. Avec ce schéma, il est tout à fait envisageable d'obtenir, pour des âges compris entre 50 et 60 ans (en fonction des stations), des arbres de diamètre moyen à 1,30 m compris entre 50 et 60 cm, ce type d'arbre permettant de valoriser au mieux les qualités du Douglas (performances mécaniques, proportion du duramen etc.).

Lors de la première éclaircie, un élagage artificiel sur une hauteur de 6 à 8 m, poursuivit quelques années plus tard jusqu'à 12m, permettra d'obtenir des billes de pied de qualité supérieure exemptes de nœud. Ces tiges, appelées à constituer le peuplement final seront choisies parmi les tiges dominantes, bien conformées et aussi bien réparties que possible.

Le choix de cet objectif permettra d'accéder à des marchés à haute valeur ajoutée (menuiseries...). Il suppose toutefois l'adoption de durées de révolution plus longues (60 à 80 ans).




Ci-après sept fiches descriptives relatives à chacun des vergers à graines recommandés sur le sol français et une huitième “Quelle génétique Douglas choisir ? “ proposant quant à elle une grille d’utilisation simplifiée des provenances recommandées en fonction des stations.

Télécharger ces fiches

 

icon pdf
La Luzette
icon pdf
Californie
icon pdf
Darrington
icon pdf
France 1
 
icon pdf
France 2
icon pdf
France 3
icon pdf
Washington
icon pdf
Washington 2

icon pdf
Quelle Génétique Douglas

Origine

douglas origine1Le Douglas


Pseudotsuga menziesii (Mirb.) Franco
Pseudotsuga douglasii Carr. (Douglas vert)
Pseudotsuga taxifolia Britt.
Anglais : Douglas fir, British Columbia pine, Oregon pine
Allemand : Douglasie

Le douglas est un arbre originaire de la zone occidentale du continent nord-américain : états de l'Oregon, de Washington (Etats Unis) et de Colombie Britannique (Canada), principalement.

 

Découvert en 1792 par A. MENZIES, il a été importé en Europe en 1827, grâce à Sir D. DOUGLAS botaniste écossais. Sa première apparition en France date de 1842 où il a, d'abord, été installé dans des parcs. Sa remarquable capacité d'adaptation aux stations de moyenne altitude du Centre de la France a conduit des précurseurs à tenter son acclimatation en forêt dès la fin du XIX ème siècle. Son potentiel de production en France a ainsi été confirmé.

Ce succès a conduit les organismes de recherche (CTBA, INRA, FCBA…) à s'investir dès le milieu du siècle suivant, qui sur les variétés les mieux adaptées aux conditions de production nationale, qui aux caractéristiques du matériau.

C'est ainsi, que depuis 1960, dans le cadre de la politique de reboisement engagée par l'Etat avec l'appui du Fonds Forestier National (créé en 1946), le Douglas a progressivement supplanté l'Epicéa, dans les zones de moyenne montagne désertées par l'agriculture, au point de devenir aujourd'hui la première essence de reboisement du territoire national. Du même coup, la France est le pays européen disposant de la ressource la plus importante en Douglas

Description

douglas description3 Fleur et aiguillesDescriptif de l'arbre


Le douglas est un résineux d’ordre des coniférales de la famille des Pinacées et appartenant à la sous-famille des Abiétinoïdées.


douglas description2 Cone de l anneeD'un point de vue macroscopique


Les cernes sont bien marquées, le bois de printemps et le bois d'été sont bien différenciés. La texture, entre 30 et 45 % (rapport entre la largeur du bois final et la largeur totale de cerne) est stable quelques soit la vitesse de croissance, ce qui confère au douglas de bonnes caractéristiques mécaniques.

La cime du douglas est pointue et ne s'aplatit que tardivement. Les branches sont disposées en verticilles, longues et retombantes. L'ensemble du rameau est doux au toucher, très odorant (odeur de citronnelle). Les bourgeons sont nombreux, fusiformes, longs, brun-rouge et luisants.
Les aiguilles du douglas sont fines, aplaties, nettement pectinées et présentent 2 bandes blanches à la face inférieure, les pointes sont assez aiguës mais molles et sont d'un vert brillant sur la face supérieure, plus pâles sur la face inférieure.

Les cônes, de 5 cm à 12 cm de long, sont pendants. Ils sont typiques car de longues bractées à 3 pointes dépassent nettement des écailles.


douglas description4 Ecorce de douglas de 30 ansL'aspect de l'écorce varie selon l'âge de l'arbre :
- Pour un arbre jeune, elle est mince et lisse, gris-brun, avec la présence de poches de résine.
- Pour un arbre plus âgé, elle est très épaisse, liégeuse, brune-rougeâtre et écailleuse.
- Le taux global en volume est proche de 15%.

 douglas description5 rondelle avec ecorce
Le bois de douglas a un duramen rose-saumon à brun-rougeâtre, son aubier est plus pâle et bien différencié, de 3 à 5 cm en moyenne sur les arbres adultes. Le grain est assez grossier et le fil du bois droit. Il possède des canaux résinifères fins à moyens, situés surtout dans le bois final, mais ils ne sont pas visibles à l'œil nu. Ces canaux sont transversaux et longitudinaux. Les rayons ligneux assez brillants et colorés donnent une maillure fine et bien visible sur quartier.

 

douglas description6 Coupe radiale, tangentielle, grossissement 100D'un point de vue macroscopique


Les trachéides longitudinales présentent des parois à épaississements spiralés. Les canaux résinifères ont des cellules bordantes à parois épaisses. Les rayons ligneux sont hétérogènes, les trachéides horizontales à parois minces et lisses entourent les cellules de parenchyme à parois épaisses et aux ponctuations picéoïdes. Enfin, les trachéides transversales sont à parois minces, lisses, parfois spiralées.

Actualités

IMAGE Le Douglas, l'essence de ...
08 Juil 2016
France Douglas publie un document de 16... Lire la suite...
Douglas Infos N°21
21 Mai 2014
Principalement axé sur la réalisation... Lire la suite...
IMAGE Les Déclarations Environ...
01 Avr 2014
Les produits de constructions sont à... Lire la suite...